Voyage Inde Du nord Rajasthan avec Poonam Voyage Inde

Mar/30/2022 13:48:55




Rajasthan Inde

Les Aravallis divisent le Rajasthan en deux parties - le Mewar sec et le Marwar sec. Ces deux régions peuvent à elles seules remplir de nombreux livres d'histoire et regorgent de sites patrimoniaux. Comme une quinzaine de jours, le temps dont nous disposions, est à peine suffisant pour gratter la surface de l'une ou l'autre région, nous n'avons eu le temps que pour une seule des régions en 2014. Nous avons choisi Marwar pour pas de meilleure raison qu'il ne figure avant Mewar dans un dictionnaire.

Après avoir pris ce qui serait considéré comme une gêne par un lutteur de sumo faisant le tour du globe au sommet d'un dauphin anémique, Pune-Jaipur «Express» nous a déposés au cœur de Jaipur. Après avoir déposé Pranav entre les mains sûres de mes parents dans un hôtel de Jaipur, Aparna et moi nous sommes dirigés vers les villes jumelles d'Ajmer et de Pushkar. Notre premier arrêt a été le temple Nasiyan Jain, relativement inconnu. Hébergeant un immense diorama de plusieurs étages de taille de stade de tennis, entièrement plaqué or représentant la version Jain d'un paradis, il est profondément mystérieux pourquoi cet endroit devrait être si évité par les touristes. Après la désolation effrayante de Nasiyan, nous nous sommes dirigés vers la Dargah désespérément bondée - la tombe du saint soufi Khwaja Moin-ud-din Chisti du 12ème siècle et ensuite jusqu'à Pushkar - qui abrite le seul temple Brahma au monde. Apparemment, la solution à tout problème, grand ou petit, consiste à venir à l'un ou l'autre (de préférence aux deux) et à souhaiter suffisamment de force pour que le problème disparaisse. Je l'ai essayé et cela a fonctionné. Quelque part entre se faire pincer par une mer d'humanité au Dargah et esquiver les vaches et les brahmanes vendant tout, de l'Ayurveda à Aswamedha à Pushkar, j'ai fait un plaidoyer désespéré pour sortir de tout cela vivant. Je ne pense pas que sans une intervention divine, cela aurait été possible.


Le deuxième jour de notre voyage, nous nous sommes tous dirigés vers Nawalgarh, porte d'entrée de Shekhawati et domicile de ses célèbres Havelis peints. Avec l'arrivée des Britanniques au milieu du XVIIIe siècle, la région a reçu un semblant d'État de droit et un marché chinois enthousiaste pour l'opium afghan. Les marchands de Marwari ont profité pleinement de la situation et ont amassé de vastes richesses. La plupart de ces marchands étaient des jaïns qui attachent un morceau de tissu autour de leur visage car il est contraire à l'éthique de tuer de petits insectes inconscients en les respirant par inadvertance. . Pour tout l'opium de la région, Shekhawati n'est pas Vegas - il n'y a pas beaucoup de moyens de dépenser votre temps ou votre argent. Pour contourner cette énigme, les marchands se sont construits de somptueux Havelis, ont embauché de la peinture européenne chère et des artistes locaux et ont peint chaque centimètre de chaque mur et ont regardé la peinture sécher. Le résultat est assez impressionnant - la plus grande galerie d'art en plein air au monde. Nous avons passé trois jours dans la région bouche bée devant les chefs-d'œuvre. Les plus dignes d'être bouche bée sont le Poddar Haveli à Nawalgarh, Goenka Haveli à Dundlod, Sone ki Dukan Haveli à Mahansar et Nadine Haveli soigneusement restaurée à Fatehpur. Jardins Mandore, Jodhpur

Après avoir repris notre souffle que Shekhawati a réussi à reprendre pendant quelques jours, nous nous sommes dirigés vers les sentiers battus de Marwar - le triangle de Bikaner, Jodhpur et Jaisalmer. Toutes ces cités-États princières étaient pro-établissement dans une large mesure, ce qui explique pourquoi elles ne sont pas perturbées par les Mughals et les Britanniques. Chacune des villes possède un grand fort, un somptueux hôtel de luxe moderne palace-cum, d'anciens temples Jain, de superbes Havelis et des cénotaphes royaux à couper le souffle. Nous avons commencé à Bikaner car c'est le plus proche de Shekhawati. Le fort de Bikaner, notre premier arrêt dans la ville, est probablement le monument le plus somptueux du pays. L'éventail infini de superbes pièces - Phool Mahal avec ses motifs floraux, Badal Mahal avec ses motifs de nuages, l'Anup Mahal plaqué or, pour n'en nommer que quelques-uns - culmine dans le gigantesque Diwan-e-Khas (salle d'audience privée) avec ses murs couverts de sculptures en relief. Après le fort, nous nous sommes dirigés vers le palais Lalgarh, où les caprices de la démocratie ont réduit le roi actuel, le seigneur du magnifique fort Bikaner, à un simple citoyen forcé de laisser la majeure partie de sa résidence actuelle aux riches touristes. Les pauvres touristes comme nous ont été réduits à un état encore plus pitoyable de devoir payer quelques dollars (une fortune selon les normes indiennes) pour avoir la possibilité de photographier le palais-hôtel depuis un point de vue lointain. Les choses n'ont fait qu'empirer dans les Havelis rouge vif de la vieille ville qui, grâce à un désaccord familial quant à savoir qui devrait percevoir le droit d'entrée, sont également restées fermées aux visiteurs. Contrairement au palais, il n'y a pas de points de vue pour profiter de l'extérieur très orné. Étant le vieux centre-ville, les bâtiments étaient à une distance qui les serrait la main les uns des autres et pour obtenir une image décente, il faut rester bouche bée debout au milieu d'une rue animée fréquentée par des cyclistes kamikazes chevauchant le cou vitesses. Pour redonner un peu de raison à nos vies, nous nous sommes dirigés vers les temples Jain qui, comme prévu, étaient complètement désolés et nous avons pu profiter des intérieurs merveilleusement peints en toute tranquillité.

L'après-midi suivant, nous avons visité l'un des célèbres sites touristiques de Bikaner - le seul centre de recherche sur les chameaux au monde, le seul point de la visite semble être d'avoir l'occasion d'acheter des babioles en os de chameau et de goûter aux produits laitiers de chameau. Déjà adouci par une semaine de nourriture extérieure, le lait de chamelle non pasteurisé est devenu la dernière goutte sur le dos de Pranav et lui a fait vomir sa nourriture de l'après-midi. Nous avons juste fait ce que n'importe quel parent responsable aurait fait dans cette situation - donner à l'enfant une forte dose de médicaments et nous sommes dirigés vers Jodhpur comme prévu sans même couper le détour prévu pour visiter le temple Osiyan Jain.

Assis au sommet d'un massif de 500 pieds, le Mehrangarh, le fort de Jodhpur, est un spectacle à voir. Nous avons été aperçus toute la soirée par sa vue depuis le restaurant sur le toit de notre hôtel. La contemplation s'est poursuivie le lendemain matin lors de notre visite du fort. L'extérieur très sculpté du fort, son brillant Sheesh Mahal (salle des miroirs), la Phool Mahal (salle des fleurs) minutieusement peinte, la chambre royale et le Diwan-e-Khas recouvert de verre belge et la vue imprenable sur la vieille ville bleue ont aidé au processus de contemplation. Les cénotaphes de Jodhpur sont sa prochaine plus grande attraction et il se compose de deux parties. Le premier est le souvent visité, de construction plus récente, dominé par le Taj comme le cénotaphe en marbre blanc laiteux de Jaswant Singh II. Le deuxième est le plus visité, le plus époustouflant, les plus anciens cénotaphes de grès de style Khajuraho dans les jardins Mandore. L'attraction finale à Jodhpur est le palais Umaid Bhavan récemment construit, que le descendant royal actuel a transformé en l'un des meilleurs hôtels de luxe du pays. Si vous ne pouvez pas vous permettre les chambres à partir de Rs. 40000 par nuit (et allant jusqu'à 50000 roupies pour la suite), alors vous devez débourser une centaine pour avoir la chance de voir une partie du bâtiment de près. Temple Rikhabdev, Fort Jaisalmer

Après avoir passé deux jours à Jodhpur, nous avions besoin d'une journée supplémentaire pour pouvoir laisser Pranav à l'hôtel pour récupérer de tout ce qu'il avait attrapé pendant que le reste d'entre nous se relayait pour faire du tourisme, nous nous sommes dirigés vers la destination finale, Jaisalmer. Connue comme la ville dorée, Jaisalmer est dominée par un grand fort impressionnant construit en grès jaune d'or qui est abondamment disponible autour de la ville. Notre premier arrêt, cependant, a été le Havelis. Étant plus proches de la source d'opium à Patwa-ki-Haveli, Jaisalmer Afghanisthan, les marchands de la ville se sont révélés beaucoup plus riches que le roi et, par conséquent, les Havelis ici étaient beaucoup plus grands que le palais du fort actuel. Le Patwa ki Haveli, une série de cinq Havelis, les seuls ouverts aux visiteurs, est la quintessence de la sculpture sur pierre en Inde. La façade extérieure explose avec des nids d'abeilles finement sculptés comme des jalis (fenêtres) et des jharokas à couper le souffle (balcons). L'intérieur a sa part de pièces peintes rivalisant avec tout palais qui se respecte dans le pays. Le palais fort, où vivait le roi, est vraiment piéton en comparaison, avec quelques chambres couvertes de tuiles européennes. La seule raison pour laquelle quiconque visiterait le palais du fort est de profiter de la meilleure vue de la ville, grâce à son emplacement au point le plus élevé de la colline. Malgré le palais du fort décevant, le fort est toujours un incontournable pour ses temples Jain magnifiquement sculptés. Financés par les marchands Jain, les temples Jain à l'intérieur du fort ne manquaient pas d'argent et le résultat est une série de superbes monuments explosant avec des sculptures rivalisant avec celles de Ranakpur et du mont. Abu.

La chose chic à faire à Jaisalmer est de faire un safari à dos de chameau dans les dunes de sable locales. Bien que ce ne soit pas un Sahara - vous n’avez pas la chance de voir un océan de sable - le coucher de soleil sur les dunes en fera certainement une sortie inoubliable. En prime, en cours de route, vous aurez la chance de visiter le temple Lodruva Jain récemment reconstruit (le site d'origine du culte Jain avant son installation dans le fort) et le Bada Bagh, les cénotaphes royaux de Jaisalmer. Construit sur une pente d'une colline, la série de cénotaphes de style hindou et islamique à Bada Bagh offre une vue assez dramatique. Comme la dernière rencontre entre Pranav et des chameaux ne s'est pas bien passée, il a été laissé dans la chambre d'hôtel avec mes parents pendant qu'Aparna et moi terminions le circuit du désert.

La quinzaine est maintenant terminée et nous sommes allés aussi loin vers l'ouest que possible sans passeport. Étant donné que la dernière rencontre entre Pranav et un avion s'est également soldée par une catastrophe, ce devait être les Chemins de fer indiens qui nous ramèneraient à la maison. À peu près au temps qui amène un homme sur la lune et vice-versa, deux ou deux nuits nous ont amenés à Pune depuis Jaisalmer. Je dois maintenant aller rencontrer un psy. Mon corps pense qu'il vit dans une zone de tremblement de terre permanente.


Posted by Anonymous

See more blogs of Anonymous

[PV:352]

Comment
Name
Do not required items.
Text
Do not use HTML Tags.